Lettres aux amateurs de bon goût

Publié le par Aldrea

Entre mon harcèlement pour faire en sorte que l'auto école n'oublie pas ma date d'examen du permis, mes démarches d'inscription en master à la Sorbonne, mes lectures érotique pour mon mémoire et la conservation de mon équilibre psychologique pendant ma recherche de studio, il m'arrive d'aller au cinéma.

Bien que je n'ai pas encore à me préoccuper de mon salaire, des bombes sur mon villages, des terroristes sur mon marché, des violeurs dans ma rue et de ma prochaine prise d'héro, ma vie est malgré tout terriblement stressante pour une glandue d'étudiante comme moi. J'ai donc besoin de me détendre un peu, et pour cela, Piranha 3D m'était tout indiqué.

 

Piranha-3D-Poster-Finale

HAHAHA WE'RE FISHES

 

J'avoue y être allée sans vraiment d'attente. J'imaginais un bon gros groupe de bonasses remuer vaguement leurs nichons sur fond de poiscaille génétiquement modifiée grâce à des barils de bon gros liquide nucléaire vert fluo oubliés dans un coin. Avec des scènes gentiment gores à base d'eau rougie, de bouts de jambe retrouvés dans un bayou et de blagues avec des grands mères, des gens qui tombent et des yorkshires qui se font manger. Le tout avec des lunettes qui font mal aux yeux et donnent l'air con.

Mais que nenni !

Quel naïveté !

Plus qu'un simple film de monstre, Piranha 3D est le dernier film de genre qui s'assume en tant que tel. Le scénario est simple: le Spring Break sur le lac Victoria, des piranhas. Point.

Et ben figurez vous que c'est exactement ça. Pourquoi vouloir faire plus compliqué ?

Autant the Expendable m'a relativement déçue par son manque d'audace (on aurait pu faire encore plus jubilatoire, merde, c'était pas le casting qui manquait), autant ce petit bijoux n'est que défouloir de boobs, de gore et de no limite.

Greg Nicotero, le responsable des make-up departement, et qui, au passage, s'occupe des effets gore d'un peu tous les films de ces trente dernières années qui en contiennent (Inglorious Basterds, Survival of the Death, The last house on the left, les Kill Bill, Land of the dead etc...) s'est merveilleusement lâché. On a donc droit pendant presque deux heures à une ribambelle de gore gratuit, de morts aussi imaginatives qu'affreuses, de gens scalpés, de bombes sexuelles coupées en deux, de star du X sans jambes, de beaux gosses décapités, de membres rongés jusqu'à l'os, de cadavres écorchés etc. Personnellement, je vois la scène de massacre des 500 figurants d'un divertissement jouissif comme un défi lancé par Aja aux autres réalisateurs de films d'horreur, une sorte de "allez les mecs, qui a la plus grosse ?"

Le tout dans un ambiance de sexe débridé et de plans totalement gratuits avec des fesses et des seins. Et sans être une accro particulière de fan service, c'était juste merveilleux, et ça correspondait tout à fait à ma vision du Spring Break.

 

piranha-boobs.jpgpiranha-33.jpg

Alors les amis ? Vos nichons, avec ou sans peau ?

 

Le tout mené avec brio par un réalisation aussi efficace que divertissante. Le film, sans jamais se prendre au sérieux, enchaîne l'action avec efficacité et sans lourdeur. Les scènes avec les piranhas sont délicieusement tendues sans être insupportables, les plans s'enchaînent avec fluidité et logique. Tellement efficace et presque classique que le réalisateur s'est permis de glisser quelques scènes à la fois absurdes et gratuites, comme celle de cinq bonnes minutes montrant deux filles uniquement vêtues de palmes qui nagent et se caressent sous l'eau sur fond de musique classique... scène en passant, d'un érotisme absurde assez efficace qui n'a rien à envier aux films de Russ Meyer.

Sans parler de la 3D qui, pour la première fois, est bien utilisée (prend ça dans ta gueule James !). Des nibards en gros plan et en 3D, fallait oser...

 

Bref, je ne cesserai pas de tarir d'éloge sur ce film de genre qui s'assume complètement et va toujours plus loin, sans  complexes, dans ce que demande son public : du sang et des boobs.

 

chicks-point.jpg

Publié dans taniere

Commenter cet article

Tigre masqué 05/10/2010 13:22



Sympathique jeune fille, elle me rappelle mon ancienne colloc allemande. Et, à droite, ce qu'elle aimait bien cuisiner.



the idiot 15/09/2010 00:26



Le testostérone vieillissant, c'est plus ce que c'était, c'est sûr...



Aldrea 11/09/2010 14:43



Ben justement, si ça avait été un peu plus groovy, j'aurais pas dormi comme un caca mou ! Franchement, un film plein de tits et de fesses m'a plus maintenu éveillée qu'un film plein de
muscles et de testostérone... la honte pour Stallone quoi.



the idiot 10/09/2010 00:37



Oui des boobs! Nicotero, faut dire qu'il a commencé sur Day of the Dead et Evil Dead II et qu'il a été à bonne école (merci Tom Savini). Sinon, pour The Expendable, je te trouve
un peu dur pour quelqu'un qui a dormi comme un crotte pendant une bonne partie du film!