Une dolce vita dans ton cul

Publié le par Aldrea

J'ai fait un rêve.

Le rêve d'avoir des vacances à l'étranger qui se passent bien.

Pas "bien" dans le sens vacances idéales dans lesquelles tous les hommes seraient à mes pieds, la vue forcément magnifique, des loutres qui danseraient pour moi et tout ça sans aucune thune à dépenser.

Non, juste des vacances qui se passent BIEN, c'est à dire sans perte de papier, sans vol de sac, et sans cheville foulée.

 

Parce que oui, je suis allée en Italie pendant 5 jours, oui, j'ai perdu ma carte d'identté au bout du deuxième et oui, je me suis foulée la cheville au bout du troisième.

Je suis pourtant une fille qui a relativement de chance dans sa vie de tous les jours : aucun membre foulé/cassé/brûlé depuis ma petite enfance, pas de coups bas de la part de mes amis, des parents sur lesquels ont peut compter, pas de perte de proche mis à part les grands parents, pas de maladie grave, des études qui se passent bien... mais passé les frontières, allez savoir, les forces protectrices du Cristal de la France ne font plus d'effets. A moins que ça ne soit la conjonction des trois planètes que nous représentons avec les trois copines en vacances avec moi.

Bref, tout ça pour dire que c'est drôle, parce que ça n'est pas la première fois.

 

Bon, après moi ça va hein, au final j'ai juste eu un peu de mal à me déplacer avec des béquilles dans les putain de route infernale qui font que monter et descendre délicieuses rues pavées de Naples. Ca m'a donné l'occasion de connaitre les adorables médecins des urgences napolitaines, beaucoup de chauffeurs de taxi différents et de profiter de tous les avantages des handicapés à l'aéroport. Et puis la perte de la carte d'identité m'a permis de discuter avec la responsable du consulat français à Naples à qui j'ai failli faire un calin tellement elle était compréhensive.

Comme j'imagine que vous avez mieux à faire qu'une scéance diapo, je vais juste résumer mes vacances en disant qu'il faisait chaud, beau, que Naples pourrait être une ville post-apocalyptique à force de délabrement mais que ses habitants, grouilllants de vie et d'humour, la rende plus vivante que n'importe quelle capitale. Je pense ne pas me tromper en affirmant qu'elle passe dans mon top 5 des villes préferées de moi-même et que j'y retournerais volontier.

 

 

Bref, tout ça pour dire que je serais, comme chaque année, à Japan Expo sur le JE Shop de la JE Live House (apparemment il y a un bon paquet de JE Shop cette année, va falloir fouiller), avec un reste de foulure, ça va être drôle. Passez me voir quand vous voulez pour me plaindre ou vous foutre de ma malchance, ça me fera peut-être plaisir (tout dépend de l'état de fatigue dans lequel je serais).

 

 

test_occulaire.gif

Juste pour le plaisir.

Publié dans taniere

Commenter cet article

FW Tiger 03/07/2010 15:54



Ah ouaaais. Hum. Fais-moi penser à jamais t'emmener en voyage, parce que vu comme je galère de mon côté, on ferait disparaître le Japon dans un tsunami ou un truc comme ça.



the idiot 01/07/2010 11:21



Avec Raymond on t'applaudit pour avoir survécu à tes aventures transalpines sans plus de dégats.