wOoOol !

Publié le par Aldrea

Haha, mes p'tits canards, ça fait un bout de temps que j'ai rien écris. F'aut dire, c'est super fatiguant d'avoir rien à faire de toute la journée... en effet bande de larves, je ne reprend que le 2 octobre !
La joie des fac de lettres, un des plus grand rassemblement de glandeurs, en concurrence avec la socio..

Ma pré rentrée n'est que mardi prochain, j'ai donc le temps de me préparer mentalement au changement d'études, de gens, de batiments, et au trajet d'une heure tous les jours (aprés le collège-lycée à 5mn à pied, ça fait mal ><)

Comme il ne se passe rien de passionnant dans ma vie ces temps ci grace au glandouillage intensif que se doit de respecter tout étudiant digne de ce nom, je vais vous parler des choses wool que j'ai découvert:

Côté film, je ne suis pas allé au cinéma depuis un bon bout de temps malgré les bonnes productions de ces derniers mois (je maintient mon avis que Kean Loach devra être vénéré à sa mort. Et même maintenant. Que c'est beau l'Angleterre qui souffre !). Cependant, comme un DVD peut se regarder dans un abris couvert, protégé de la lumière naturelle, je ne m'en prive pas, et j'ai ainsi découvert  28 Jours plus tard.








De quoi ça parle me demanderez vous ? Si je m'abaisse à répondre "de zombies qui attaquent l'Angleterre", je vais m'attirer une centaine de visiteurs supplémentaires et ce blog deviendrait un peu connu, au moins pour ses bandeaux de présentation aussi moches que ridicules. Donc, non.
En effet, dans ce film, il a des sortes de zombie, du sang, des gens qui fuient, un héros qui se fait la meuf à la fin, mais détrompez vous, rien à voir avec une sort de "Biohazard" remixé. Pas de tenues ni de bruching parfait malgré la promiscuité de la mort et du cauchemard. Un peu de flingues (comment vous voulez survivre sinon, hein ?)  mais pas d'art martiaux.

Je place le scénario : dans notre monde actuel, suite à un accident en scooter, un livreur se réveille  28 jours plus tard (haha, vous voyez le lien?) dans un hopital désert. Il traverse la ville de Londres totalement déserte (je me demande d'ailleurs comment ils ont réussi à tourner ça... ), et erre pendant un bon moment, jusqu'à rencontrer quelques rares survivants qui lui expliquent qu'un virus s'est échappé des laboratoires, réduisant toute la population anglaise, voir mondiale, à l'état de zombies en moins d'une dizaine de seconde une fois qu'elle est contaminée.
Vous imaginez déja les acteurs mal maquillés qui rampent et semblent faire la course avec un aïeul neurasténique, cul-de-jatte, manchot et n'avançant qu'à la force de ses hanches.
Ca peut en effet prêter à rire, mais là ce n'est pas du tout le cas, bande de rustres.
Dans ce film, tout est dans l'ambiance : elle est y moite, étouffante, et terriblement malsaine.
Les rues sont désertes, les cadavres éparpillés, les papiers volent, et surtout les infectés annoncent leur arrivés avec des cris inhumains. Ils sautent, courent, sont bien plus redoutables que le tas de chaire lente à la Residente Evil... un vrai cauchemar.
Et au delà de l'horreur et du gore, il y a la psychologie des personnages secondaires qui, à force de survivre sans l'espoir d'une quelconque aide extérieur, deviennent complètement tarés, ambiguës, et ne pensent qu'à sauver la race humaine par la procréation (vous ai-je dis qu'une gamine d'une douzaine d'année faisait parti des survivants ?..)

Donc, plus qu'un simple film de zombie, 28 Jours plus tard c'est toute une atmosphère, mais aussi une reflection sur l'inhumanité de l'homme, aussi bien celui qui subit, mais aussi celui qui regarde d'en haut. Je ne vous dévoile pas les évènements pricipaux ni la fin, mais ce film est un véritable bijoux plein de sang.

Quelques screens qui vous donnent envie:
















Yeah, love it !


Allez, la prochaine fois pour vous remonter le moral, un résumé de Virgin Suicide ! :D




Aldrea

Publié dans taniere

Commenter cet article