Review of the Dead : Army of Darkness

Publié le par Aldrea

La vie d'une étudiante à la Sorbonne n'est pas facile, croyez-moi. On dois se déplacer jusque devant la fac, affronter des pelotons entiers de CRS pour accéder à la porte, montrer carte d'étudant blanche, subir une fouille de sac, passer à travers les étudiants syndicalistes, soutenir les regards des Centaures, ces grands appariteurs tellement noirs sur noir qu'on ne les trouverai jamais dans une partie de cache cache nocturne pour finalement se retrouver nez-à-nez avec une salle de cours fermée à clef.
Oui, bon, en gros, je n'ai pas cours depuis presque deux mois à cause des grèves des profs/élèvres/appariteurs/membres du BIATOS. Au début c'était cool, mais là maintenant ça commence à craindre un peu.
Alors pour me distraire, plusieurs solutions : je peux traîner sur Internet devant des webcomics, je peux lire mes livres de cours, je peux jouer à Suikoden Tierkreis, je peux rattraper mes trois saisons de Desperate Housewives de retard et remettre mes Scrubs à jour... ou regarder des films de zombies. Des tonnes de films de zombies.

Malheureusement pour vous, comme c'est ce qui m'arrive de mieux ces derniers temps, c'est sur des films de zombies que je vais vous bassiner ces prochain mois. Ceux qui pensent que le film de zombies n'est pas un "vrai genre" ou au pire, "répétitif et ennuyeux", ils sortent. Maintenant. (mais ils peuvent revenir dans quelques mois, hein.)

Alors, je vais vous éviter une review sur le premier Evil Dead, parce qu'il est vraiment pas bien. Mais vraiment. Comme le deux avait l'air bien semblable au premier, je l'ai zappé, honte sur moi. Par contre le troisième, haa, le troisième...

Bruce Campbell, du Moyen-Age, des squelettes et une tronçonneuse greffée au bras.
Tout est dit.


Bon, pour cette première review, il est vrai, je ne vais pas véritablement parler d'un film de zombie; la série des Evil Dead est plus composée de squelettes, de monstres et autres créatures des enfers qui ne ressemblent à rien, que de zombies mous et lents. On peut en revanche retrouver un peu de syndrome du zombie dans le mode de propagation de la monstruosité : une morsure et youpla. Cependant, on peut plus parler ici de "possession" que de "zombification"

Mais ne nous perdons pas dans les termes scientifiques qui risquent de perdrent les moins concentrés d'entre vous et revenons au film.
Sam Raimi, le metteur en scène et scénariste (avec son frère, Ted Raimi, Joxer dans Xena, série elle aussi produite paaaaaar... Sam Raimi. Tout l'art de caser son petit frère moche mais drôle un peu partout. Cette parenthèse est longue.) est également le producteur des séries Xena et Hercule (mais la parenthèse d'avant vous l'avait spoilé, pas trop déçus ?), le réalisateur du très bon western classique The Quick and the Dead, mais surtout... le réalisateur des SpiderMan. Une de mes séries de films grand public préferées, et pas seulement à cause de la tronche de Tobey Macguire que je suis la seule, sur terre, à trouver adorable. Tant mieux, il en reste plus pour moi.
Bref, nous nous écartons du sujet, vous pourriez faire attention. Sam Raimi est donc un réalisateur que je tiens en haute estime, et qui,comme tous les grands génies, ont besoin d'un peu de temps pour se perfectionner dans leur art. C'est en tout cas la seule explication que je vois pour expliquer Evil Dead I.

En ce qui concerne Evil Dead III : Army of Darkness, ça n'est donc pas un film de zombies ; mais ça n'est pas non plus un film d'horreur. C'est, heu... un film de chevalerie pour enfants avertis. Je ne vois pas comment le résumer autrement.
Essayons tout de même de le faire d'une façon plus traditionnelle : Ash Williams, aprés avoir survécu à une maison hantée dans le premier volet, après avoir perdu sa main et greffé une tronçonneuse sur son moignon dans le deuxième volet, se retrouve projeté dans un vortex temporel surement ouvert par la Chose à qui appartient le Necronomicon (...) et est projeté en plein Moyen Age improbable. Aidé de sa super Oldsmobile et de son bras-tronçonneuse, il va montrer aux ploucs du coin qui le prennent pour un ennemi du camps adverse qu'il n'est pas n'importe qui. Puis il devra aller chercher le Necronomicon au coeur du territoire des morts pour retourner chez lui et, accessoirement, accomplir sa destinée de héros qui sauve la populace des méchants squelettes.
Bon.
Alors autant le premier Evil Dead tentait tant bien que mal d'instaurer une ambiance de film d'horreur à base de sursauts, de gore mal fait et de monstres, autant là, on dirait que notre Samounet a tout à fait abandonné son projet de faire peur. En effet, le ton est très humoristique, les squelettes passent plus leur temps à chatouiller le héros qu'à le pourfendre et Ash lui-même sort des phrases à la Rambo mémorables, dans des pauses mémorables, avec une musique mémorable.
On retrouve tous les clichés du films d'action habituel, mais en tellement abusés que ça ne peut qu'être fait au millième degrés : le héros sort des bêtes de phrases avant les batailles, avant un coup fatal (" [to the Witch] Yo, she-bitch! Let's go! ") , aprés un coup fatal (ma préférée : "Good. Bad. I'm the guy with the gun. "), avant d'embrasser la niaise ("Gimme some sugar, baby") etc etc...
Vers la fin, il est réduit à se battre contre l'armée des ténèbre que Ash lui-même a réveillé en prononçant mal la formule magique devant le Livre des Morts ("Clatto Verata N... Necktie... Neckturn... Nickel... It's an "N" word, it's definitely an "N" word!
Clatto... Verata... N- [
coughs]
[
pause]
Okay... that's it! "
et de se barrer avec le livre)
Devant cette armée de morts, Ash n'a donc pas d'autre choix que d'entraîner les six péquenots du coin avec des arts martiaux du "futur" (ou non, allez savoir ce que faisaient les chinois au 13eme siècle) et d'apprendre la chimie au magicien qui lui fabriquera de la poudre à canon. Lawl.
Une énorme partie de la fin du film est donc une scène de bataille de chevalerie avec des mecs en armures qui joutent (attention à ne pas se tromper d'une lettre, ce film ne comporte aucune scène de biscotte), des squelettes qui meurent de façons rigolotes et des combats à l'épée. Terriblement épique tout ça.


Woooh, les jolis imprecrans que vous a fait Aldrea !



Voilà le seul passage un peu crade du film : Ash avale une miniature dabolique de lui-même et il lui pousse un oeil sur le bras, puis une tête entière, puis un double diabolique qu'il finira par achever à la tronçonneuse, forcément. Mais un oeil, beurk.




Le genre de blagounettes que s'amusent à faire les squelettes alors que Ash est à terre : os dans le nez, dans la bouche, grimaces... bref, j'aurai bien ri si j'avais eu 10 ans mais là... bon, d'accord, j'ai ri aussi, mais surtout  de surprise en fait.



Lui c'est le méchant qu'on-comprend-pas-bien-qui-c'est-en-fait : il apparaît une fois que le double maléfique de Ash qui était démembré et enterré revient à la vie, mais il semble être le gardien du Necronomicon... c'est sans doute un flou scénaristique volontaire de la part de Raimi pour laisser une atmosphère inquiétante et mystérieuse ! ( même si je pencherais plutot pour les champis)


". . . who want some' ?. . ."


Bref, je pense que si j'ai des gosses, je leur montrerai ce film assez rigolo et plein de bonnes références en évitant cependant quelques scènes un peu dures pour un marmot. Haaa, que j'ai hâte d'avoir mon premier coba... enfant.
Enfant.


Et pour la forme :



Commenter cet article

Cornemuse 20/04/2009 12:15

Des godes, des animes, des films de zombies. Quelle sera la prochaine étape de la déchéance ? (Dwarf Fortress ? OH YEAH)

Drix 19/04/2009 12:42

Hey ! Dis donc ! Je ne vois que du bon, tu tiens la grande forme. Hormis le bordel des fac en ce moment, y a que des bonnes choses :- kreepy kat : tres bon- Scrubs : Pareil, je suis en retard sur la serie, alors je me fais une cure. J'en mange 2 par jour (midi et soir). (Peut etre pas le midi parceque je boss :s)- Les films de zombies : Fan obligé.Bref, sinon j'ai bien lu ton com. Je prend note :p. Et puis si tu t'ennui de trop, mon mail et mon numero n'ont pas changés.Aller biz @bientot.

ulfablabla 17/04/2009 10:32

Well done, Mission Accomplished !Ça donne envie de le voir. En même temps je me suis tapé Resident Evil hier soir à la télé, ça ne peut qu'être mieux et plus drôle ! J'attends ta revue de l'Armée des morts (l'original et le remake)